Cécile Falcon

 

La trajectoire de Cécile Falcon est marquée par une double vocation, pédagogique et artistique. Une partie de son parcours est consacré aux études théoriques : l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, Sciences-Po, l’agrégation de lettres modernes et une thèse de doctorat en Études théâtrales en 2011. Elle enseigne l’histoire du théâtre depuis 2005, d’abord à l’université de Rennes 2 et à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, puis, depuis 2012, au Conservatoire national supérieur d’Art dramatique (elle a aussi été, en 2013/2014, professeur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs).

L’autre partie de son parcours correspond au versant artistique. Après une formation de comédienne et des cours de chant, elle devient assistante à la mise en scène, collaboratrice artistique ou dramaturge auprès de Jacques Lassalle (Théâtre du Vieux-Colombier, 2003, Théâtre de la Madeleine, 2004), Bérangère Bonvoisin (Théâtre de la Madeleine, 2006), Marcel Bozonnet (Théâtre du Vieux-Colombier, 2007-2008), ou encore Sulayman Al Bassâm (Comédie-Française, 2013). Comme comédienne, elle participe à plusieurs projets, notamment L’Orient et l’Occident de l’amour et Présences de Kateb, sur Kateb Yacine, qui ont fait l’objet d’une tournée en Algérie avec Marcel Bozonnet dans les centres culturels français (elle est également arabisante), et donne de très nombreuses lectures dans divers autres lieux. Elle participe notamment au festival des Lectures sous l’arbre chaque année depuis août 2014. 

En 2013, elle fonde avec Xavier Maurel la Compagnie Se non è vero au Chambon-sur-Lignon en raison de ses liens familiaux avec la région, et, dès 2014, un festival de théâtre sur le Plateau Vivarais-Lignon, entre Haute-Loire et Ardèche : le Festival Après la neige.

Elle joue dans les créations de la compagnie, mises en scène par Xavier Maurel : en 2014, une lecture-spectacle intitulée Les Enfants de juillet (Lieu de Mémoire du Chambon-sur-Lignon) et Un jour viendra couleur d’orange, un cabaret de la Résistance constitué de poèmes et de chansons d’Aragon, Éluard, Char, accompagnée par le musicien Thomas Dalle. En 2015, elle joue dans L'Intervention de Victor Hugo, puis dans Je suis une chose qui pense, un solo théâtre/danse/vidéo d’après les Méditations métaphysiques de René Descartes. Le spectacle, créé au Théâtre 95 de Cergy-Pontoise, est repris en 2016 au Théâtre de la Reine Blanche, Scène des arts et des sciences, à Paris.

En 2017, elle reprend seule la direction artistique de la compagnie Se non è vero et du Festival Après la neige. Elle écrit et met en scène Écrire Carmen, une adaptation de la nouvelle de Mérimée, au Théâtre d’Yssingeaux, dans le cadre de la 3e édition du Festival Après la neige en mai 2017.

Elle dispose par ailleurs d’une formation en danse contemporaine. Sous la direction de la chorégraphe Caroline Marcadé, elle a notamment dansé dans Move, créé en novembre 2015 au Conservatoire national supérieur d’Art dramatique.

 

©  Se non è vero...

  • w-facebook